l'impasse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

l'impasse

Message  jean le Sam 7 Fév - 20:50

Voilà je lance un sujet : l'impasse citoyenniste ou comment le fait de se réclamer simple citoyen luttant pour ses droits mène à un esclavage volontaire.

Le citoyennisme repose sur deux points fondamentaux : la croyance en la démocratie comme contre pouvoir et donc de se réclamer de cette démocratie pour lutter contre les pouvoirs en place.
le projet d’un renforcement de l’Etat (des Etats) pour mettre en place cette politique. C'est à dire qu'il existe des lois bonnes et des lois mauvaises, des gouvernement bon et des gouvernements mauvais et qu'un monde meilleurs, ou des lois comme la LRU n'existeraient pas pourait se faire dans un sytème qui accepte tacitement qu'il existe des gouvernés et des gouvernants.

Un troisème point inhérent se profile : les citoyens comme base active de la politique. Mais attention : le citoyen travestit en sujet de l'Etat.

Au fond, vouloir humanisder l'inhumain, voilà le projet non avoué de cette espèce. Donner un visage à l'innommable. Croire que cette loi va être retiré et remplacer par une meilleur loi en gardant le système en place.

et vous?

jean

Messages : 22
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'impasse

Message  Aldocan le Dim 8 Fév - 0:43

Voila je lance une réponse : d'abord j'avoue être profondément d'accord avec le fond de ta pensée. Il me semble évident que le retrait d'une loi (ou de quelques lois,...et ne nous emballons pas, c'est pas encore gagné) ne changera rien à un système global d'organisation de la société qui n'est fondamentalement pas l'idéal selon moi, à savoir la République (ou autre régime quelconque) dite démocratique. Je ne dit pas que je suis pour une monarchie ou une oligarchie ou autre ... Je pense simplement (j'ai peut-être mal lu entre tes lignes mais il me semble que c'est ce que tu penses ou souhaites également) qu'une société sans aucun concept d'"autorité" sous quelques formes que ce soit est souhaitable et envisageable. Ce n'est pas une idée très original d'ailleurs et elle a été théorisée maintes et maintes fois.

Une abolition des classes (le terme est rejeté aujourd'hui mais je l'utilise malgré tout étant donné qu'on parle de "classes moyennes", de "classes dirigentes",...) est-elle souhaitable? Bien sûr.
Une société sans Etat ou représentation du peuple en Assemblée est-elle envisageable? Of course.
Une suppression complète de l'oppression et/ou de l'exploitation d'une partie de la population par une autre est-elle imaginable? Foutre oui.
Et j'en passe et des meilleurs...

Seulement voilà, je suis désolé de le dire mais je ne crois pas, par contre, que l'on puisse faire cela en quelques jours. Je ne crois pas non plus dans l'idée qu'une "minorité éclairée" puisse, par la "propagande par le fait", réussir un tel exploit.
Je crois au contraire que c'est le peuple qui progressivement, par lui-même, y arrivera, peut-être, un jour (désole pour le lyrisme). Et si ce coup si, encore une fois, ce n'est qu'une simple loi qui est retiré, ce ne sera déjà pas si mal.

Ceci dit, même si j'ai voulu nuancé ton propos, je pense qu'il est essentiel de soulever la question comme tu la fais, parce que si "terreau" il y a, (et nous le saurons dans les prochains jours ou les prochaines semaines) rien n'empêche (sans actes révolutionnaires individuelles qui ne sont, à mon avis et ce n'est que mon avis, pas souhaitable) de tenter de lancer quelques étincelles rhétorique dans le tas.

PS : désolé si j'ai mal interprété ce que tu avais voulu dire mais c'est la fin de semaine. On fait ce qu'on peut...

Aldocan

Messages : 1
Date d'inscription : 08/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'impasse

Message  jean le Mar 10 Fév - 19:05

Une réponse s'impose!

Oui je suis contre toute forme d'autorité . Une société sans classe, sortir de la PRE-histoire et j'en passe.
Et si l'idée n'est absolument pas originale (ce dont je me réjouit) il ne reste que la pratique elle reste originale... Quelques éléments diffus, de la Commune de Paris aux quartiers hongrois en passant par les squats et autres zones de libertés ephémères
L'utilisation de "classe" moyenne ne me choque pas, bien que je réfute son existence.

Mais attention, je ne suis pas de ceux qui prônent une aristocratie intellectuelle avant-gardiste qui viendrait de sa lumière éclairer le peuple.
Je ne nie pas son existence, car elle est irréfutable, mais jamais elle ne vient éclairer "le peuple".

Petite aparté, je me méfie du mot peuple, c'est une illusion d'union, car à mes yeux il n'y a pas plus de peuple qu'il y a d'intérêt convergeant entre la police et les grévistes, entre les gouvernants et les gouvernés. Je pense qu'il y a plusieurs mondes qui s'affrontent, avec leurs vérités, leurs rapports aux mondes que ces mondes cohabitent et s'entrechoquent. Comme disait un auteur situationniste, la démocratie est une anomalie mathématique car c'est 51=100 et 49=0. le" peuple" est l'habile rhétorique des politiciens pour "faire oublié" cette anomalie mathématique.

Bref, outre ces égarements, je ne crois pas en LA REVOLUTION, du jour au lendemain, libératrice de toutes les chaines mentales et physique. Le rapport dialectique entre détruire pour construire et construire pour détruire, entre changer les conditions matériels d'existence pour changer son rapports au monde et changer son rapport au monde pour changer les conditions matériels d'existence, est assez simple au final. Vu que les deux s'entretiennent mutuellement, qu'il n y a pas la dedans une vérité comme le pensent les anarchistes (remise en cause intérieur pour remettre en cause l'extérieur) et les trotskystes et autres absurdes léninistesmachintruc (remise en cause de l'extérieur pour changer l'intérieur), on peut imaginer qu'une minorité éclairé peut être aussi puissante qu'une majorité éclairer. Bien qu'à mes yeux les termes majorités/minorités ne sont que des produits d'une anomalie mathématique a détruire.

Je préfère parler de monde sensible ayant généré leur rationalité, plutôt que de majorité ou minorité. A partir de cette transformation de concept, on peut dire que les mondes sensibles des "minorités éclairés" peuvent opérer un très fort rapport de force à une certaine période car la sensibilité qu'ils dégageront sera la solution la plus adéquate à l'impasse sans cesse renouvelé par les mouvements sociaux ne réclamant qu'une "misère plus juste".

Mais le problème de comment lier l'avant garde au "reste" des autres mondes est un problème épineux.

Néanmoins après des digressions faramineuses je conclurai avec une citation "encore une fois, ce n'est qu'une simple loi qui est retiré, ce ne sera déjà pas si mal."

C'est bien là le problème, c'est pas si mal de pouvoir retirer une loi, car il la remettrons 3 ans après lorsqu'ils auront un rapport de force 10 fois plus puissant par le renforcement de la bulle sécurité et formatage. L'idée de se battre pour retirer une loi me parait absurde, ce qu'il fat retirer c'est l'idéologie derrière cette loi et donc combattre le monde qui se cache derrière cette idéologie là....

jean

Messages : 22
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'impasse

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum